Aller au contenu
Journal

La littérature n’est pas données1.

L’auteur Stephen Marche défend cette position dans un essai de 2012, Literature Is not Data: Against Digital Humanities. Il décrie d’abord l’approche des humanités numériques:

Il y a un problème plus profond avec les humanités numériques en général, un présupposé fondamental qui pénètre tous les aspects de la méthodologie et qui n’a pas été étudié adéquatement dans sa théorie balbutiante. La littérature ne peut pas de façon signifiante être traitée comme donnée. Le problème est essentiel plutôt que supeficiel: la littérature n’est pas données. La littérature est l’opposée de données.

Stephen Marche, 2012

Ainsi, la littérature doit – c’est l’impératif énoncé par l’auteur – demeurer foncièrement étrangère aux paradigmes dominants, comme la performance logicielle et la productivité économique. Ceux-ci visent la quantification universelle (les nombres se manipulent plus rapidement), la désambiguïsation (grâce à une syntaxe stricte – les programmes, généralement peu permissifs, plantent à la moindre virgule mal placée), la modélisation (des schémas de données spécifiques mais réducteurs) l’indexation (ce qui peut être cherché et ce qui ne peut pas l’être).

L’opacité du langage, n’en déplaise aux gestionnaires d’entreprises qui prétendent «ordonner l’information du monde entier», constitue justement l’un des aspects irréductibles de la littérature:

L’expérience du mystère du langage constitue la sensation littéraire originelle.

Stephen Marche, 2012

On ne pourra sans doute jamais prétendre épuiser les significations des textes littéraires. En formaliser certains morceaux, peut-être – cela constitue l’éternelle quête des humanités. Mais data-ifier la littérature en entier, cela n’est guère envisageable (ni approprié) avec les moyens techniques d’aujourd’hui2.


  1. En JavaScript (comme dans d’autres langage de programmation), l’opérateur «!==» signifie «n’est pas égal à». ↩︎

  2. Rendre le langage computable grâce à une syntaxe calculable, c’est l’objectif du projet IEML de Pierre Lévy. ↩︎