Aller au contenu

Les Passions de Hume: comparaison

Dans la même série: Les Passions de Hume

Prélude à l’envie et à la méchanceté.

Les hommes se gouvernent si peu par la raison dans leurs sentiments et dans leurs opinions qu’ils jugent toujours les objets par comparaison plutôt que par leur prix et leur valeur intrinsèques.

David Hume, Traité de la nature humaine, livre II, partie II, section VIII

Les êtres humains sont profondément irrationnels – cela a déjà été dit.

Leur principal écueil épistémologique? La comparaison, cause de passions terribles:

[L]es objets apparaissent plus grands ou plus petits par une comparaison avec d’autres. Nous avons tant d’exemples de ce principe qu’il nous est impossible d’en mettre en question la vérité: c’est de lui que je dérive les passions de méchanceté et d’envie.

David Hume, Traité de la nature humaine, livre II, partie II, section VIII

Méchanceté et envie: encore des passions qui ne figuraient pas dans le système initial (et trop simple) de Hume.

Les preuves qu’avancent Hume semblent si irréfutables (tant d’exemples qui empêchent la remise en question – argument typiquement empiriste), ce dernier découvre sans cesse des extensions de son système, pourtant réputé rigoureux.

Jusqu’où Hume nous entraînera-t-il dans son traité sur les passions?