Aller au contenu

Qu’est-ce que l’éditorialisation?

Qu’est-ce que l’éditorialisation et à quoi sert-elle?

Pour le philosophe Marcello Vitali-Rosati, l’éditorialisation n’est rien de moins qu’une théorie philosophique: elle nous permet à la fois de comprendre et de faire le monde.

Parce qu’elle en souligne la structure, l’éditorialisation nous donne la possibilité de comprendre l’espace numérique et de comprendre le sens de nos actions dans cet espace: elle nous révèle les rapports entre les objets, les dynamiques, les forces, les dispositifs de pouvoir, les sources d’autorité.

(Marcello Vitali-Rosati, «Pour une théorie de l’éditorialisation» dans Humanités numériques, vol. 1, 2020.)

La théorie de l’éditorialisation comporte un versant épistémologique (elle nous permet de comprendre le monde).

Dans un monde numérique connecté, exister signifie être éditorialisé.

Être un individu doté de sociabilité, c’est être sur Facebook, Twitter ou LinkedIn; être un restaurant, c’est être trouvable sur Google, Apple ou Yelp.

À partir de ce constat existentialiste, la théorie comporte un versant ontologique (elle nous dit quelque chose sur l’être et le mode d’existence des choses).

Marcello parle d’ailleurs d’une architecture véritable – et non métaphorique – d’espaces que nous habitons réellement, de plus en plus.

[L]’espace numérique n’est pas un espace parallèle, c’est l’espace principal de notre vie, ou, pour être plus précis, l’espace où nos vies émergent. Il devient fondamental donc de veiller à que cet espace promeuve – ou du moins permette – les valeurs auxquelles nous sommes attachés – peu importe de quelles valeurs il s’agit.

(Marcello Vitali-Rosati)

La question de l’avenir humain dans ces nouveaux espaces pose ses propres problèmes en matière d’autonomie individuelle et collective. La théorie de l’éditorialisation, dans son versant politique, nous permet également de réfléchir aux enjeux de pouvoir et de souveraineté.

La littératie numérique devient donc une condition de possibilité pour éviter de devenir des pantins animés seulement par les contraintes et les déterminations des forces qui agencent notre espace.

(Marcello Vitali-Rosati)

Comprendre le monde (dans son registre numérique ou non), c’est aussi être en mesure d’agir sur lui.

Une définition élargie

Définition de l’éditorialisation en 2016:

L’éditorialisation désigne l’ensemble des dynamiques qui produisent et structurent l’espace numérique. Ces dynamiques sont les interactions des actions individuelles et collectives avec un environnement numérique particulier.

(Marcello Vitali-Rosati, 2016)

Définition revue de l’éditorialisation (2020):

L’éditorialisation est l’ensemble des dynamiques qui constituent l’espace numérique et qui permettent, à partir de cette constitution, l’émergence du sens. Ces dynamiques sont le résultat de forces et d’actions différentes qui déterminent après coup l’apparition et l’identification d’objets particuliers (personnes, communautés, algorithmes, plateformes…).

(Marcello Vitali-Rosati, 2020)

La synthèse, issue de la fusion des deux définitions précédentes:

L’éditorialisation désigne est l’ensemble des dynamiques qui produisent et structurent constituent l’espace numérique et qui permettent, à partir de cette constitution, l’émergence du sens. Ces dynamiques sont les interactions des actions individuelles et collectives le résultat de forces et d’actions différentesavec un environnement numérique particulier qui déterminent après coup l’apparition et l’identification d’objets particuliers (personnes, communautés, algorithmes, plateformes…).