Aller au contenu

Savoir et pouvoir

La connaissance est pouvoir. Si quelqu’un possède une collection du «savoir universel» du monde, ce quelqu’un possède un pouvoir ultime.

C’est ainsi que Gerlinde Schuller ouvre la préface de son livre Designing Universal Knowledge (2009).

L’asymétrie du savoir crée une asymétrie de pouvoir – plus que jamais à l’ère des environnements informationnels et du capitalisme de surveillance.

Outre ceux qui produisent l’information, designers, scientifiques et universitaires ont une grande influence sur la manière dont le savoir est communiqué. Ceux-ci établissent les standards pour la classification et la conception de données complexes et peuvent faciliter mais aussi manipuler le transfert du savoir.

(Gerlinde Schuller)

Ceux qui organisent l’information, qui contrôlent les modalités d’accès ou qui tout simplement comprennent le savoir, dans sa complexité croissante, mettent la table pour un nouveau régime de pouvoir sans précédent.