Aller au contenu

Le chant des machines

Deux faces, l’une souriante, l’autre sombre.
Deux faces

Deux faces, l’une souriante, l’autre sombre.

Dans Hertzian Tales (1999), Anthony Dunne pose les jalons du design critique1, particulièrement en ce qui concerne l’intrusion des objets électroniques dans nos vies quotidiennes.

Citant Paul Virilio, Dunne introduit le concept d’utilisabilité amicale (user-friendliness) par sa contrepartie rhétorique, instrumentaliste:

D’après Virilio (1995): L’utilisabilité amicale en contexte interactif […] n’est qu’une métaphore pour le subtile asservissement de l’être humain vis-à-vis des machines «intelligentes»; […] la totale et inavouée disqualification de l’humain en faveur du conditionnement instrumental de l’individu.

(Anthony Dunne)

Le user-friendliness prend ainsi une tournure ironique, sophistique, voire trompeuse: en affichant une facette souriante, «amicale», le dispositif en cache une autre, un programme de l’ombre. Par ce jeu d’interface, les designers exacerbent la division du savoir, enlevant la possibilité aux exploité·e·s la possibilité de comprendre les (nouvelles) structures sous-jacentes du pouvoir.

La communication facile et transparente visée par les champions du user-friendliness rend simplement notre séduction par les machines plus confortable.

(Anthony Dunne)

Les objets incarnent des valeurs (invisibles) qui, si nous ne les remettons pas en question, intègrent les institutions, au profit de ceux qui les ont initialement programmés.

Bien que la transparence puisse améliorer l’efficience et la performance, elle limite la richesse potentielle de notre engagement avec l’environnement électronique émergeant et encourage l’assimilation irréfléchie des idéologies incarnées par les objets électroniques. À la place, la distance entre nous et l’environnement des objets électronqiues pourrait être «poétisée» afin d’encourager une sensibilité sceptique aux valeurs et idées que cet environnement incarne. Cela pourrait être fait de nombreuses façons, dont la forme la plus prometteuse est celle de l’effet d’étrangeté fonctionnelle: la «para-fonctionnalité».

Dunne note cependant que l’«utilisabilité inamicale» n’a pas à être hostile – l’inamicalité constructive existe déjà en poésie, et la distanciation de Bertolt Brecht en constitue un exemple éloquent: favoriser l’éveil critique du spectateur, rendre ce dernier conscient des méanismes à l’œuvre, grâce à un «effet d’étrangeté».

Résister au chant des machines.


  1. Un article plus détaillé par Jeffrey et Shaowen Bardzell examine le concept de design critique à la lumière des travaux d’Anthony Dunne et de Fiona Raby. ↩︎