Aller au contenu

Pour une nouvelle narration du monde

Les artistes sont des professionnels du storytelling 1.

Cette phrase cristallise, à mon avis, l’idée principale de l’essai du cinéaste québécois Hugo Latulippe. Face aux enjeux d’importance globale tels que les dérèglements climatiques ou les dérives du néolibéralisme, nous devons inventer de nouveaux mondes. Le rôle de l’artiste n’est pas seulement de les imaginer, mais d’éveiller les citoyens à la nécessité de sortir des paradigmes dominants, de nous faire aimer notre société pour mieux en prendre soin, par la «narration du monde» ou storytelling.

Par la mise en récit de notre monde, l’art se substitue aux discours historiquement monopolisés par la religion, et aujourd’hui par les chefs d’entreprises à coups de success stories – dont l’American dream représente l’un des mirages les plus virulents.

Les artistes ne sont pas des décorateurs d’intérieur ni des spécimens à placarder dans des musées; ils nous engagent sur les voies du changement nécessaire par les voies du beau, du sacré et de la pensée.

L’art est une vaste tentative de fabrication de collectif. C’est sa fonction principale et son action la plus radicale.

(Véronique Côté, citée par Hugo Latulippe)

Il nous faut de toute urgence créer un monde où nous vivrons libérés du système capitaliste, qui est le fruit d’une culture hégémonique fondamentalement étrangère. Ce sera difficile. Ça se fera d’abord par des créateurs. Ceux qui patentent un monde en dehors du mythe qui nous gouverne. Ça demandera un talent de création certain, il faudra des gens entraînés pour ça. S’ils se rejoignent, ils commenceront la grande création collective d’un nouveau récit. C’est déjà commencé.

(Catherine Dorion, citée par Hugo Latulippe)

La plus grande force de l’art est peut-être de nous faire penser par nous-mêmes, de manière autonome, à la fois autour de récits communs et au travers d’expériences individuelles.


  1. Latulippe, Hugo. Pour nous libérer les rivières : plaidoyer en faveur de l’art dans nos vies. Documents 16. Montréal: Atelier 10, 2019. ↩︎